Commentaires récents

Vos réactions

ven 5 juin 2009 - 10h37
Mots-clefs :

Sur cette page, vous pouvez nous laisser un commentaire. Contrairement au formulaire de contact, votre message sera public afin d'en faire profiter tout un chacun.

Commentaires

jeu 19 juill. 2012 - 18h57

Bonjour,

J'ai reçu ce jour la lettre d'information de la justice de paix du district de Lausanne. Je voulais savoir si je pouvais échapper à la nomination en déposant quelques mois mes papiers à Pully où habite un membre de ma famille?

ven 20 juill. 2012 - 17h46

Il faut d'abord vérifier que Pully n'est pas dans le même cercle tutélaire que Lausanne. On doit pouvoir trouve cela sur internet. Ensuite vous pouvez y aller mais il faut faire vite avant le délai de recours. Ensuite vous dites dans la lettre de recours que vous n'habitiez plus dans la commune de Lausanne au moment de la réception de la lettre et que par conséquent vous n'êtes plus sous la juridiction de ladite justice de paix. Il est important de mentionner une date de déménagement antérieure à la réception de la lettre. Ceci est possible puisque vous avez 14 jours pour annoncer un changement d'adresse.

La vitesse d'exécution est un atout pour augmenter les chances de succès de cette démarche. N'oubliez pas que l'opération est réversible.
Bonne chance.

sam 21 juill. 2012 - 13h27

Merci pour les infos.

Pully fait partie du district de Lavaux-Oron.

Je me demandais aussi ce qui se passe si le tuteur ou le pupille déménage et change de cercle tutélaire en cours de tutelle?

mer 1 août 2012 - 18h12

Ça je ne sais pas. Une connaissancd a déménagé en cours de tutelle et apparemment, sa tutelle lui a été retirée. Mais je ne sais pas si c'est systématique. Bonne chance.

mar 1 mai 2012 - 10h44

En Mai 2010 suite a une procédure en justice pour la garde de mon fils, le père demande la mise en place d'un curateur ou a défaut que notre enfant soit placé! Demande incroyable sachant les choses suivante: Notre enfant est
- dans une école privée payer par moi
- je travaille et subvient a 100% a ses besoin (aucune pension)
- il n'y a aucune violence contre mon fils de mon coté, pas d'alcool rien!

Le père m’accuse de tous et a chaque fois j'ai réussit a démontrer que c'est un menteur. Le père a été condamné pour violence conjugale, pour escroquerie et fraude contre par deux de ses ex-employeurs, il a eu des procès avec plusieurs autres personnes dont son ex-copine.

Mon fils ne veut pas d'un curateur, il l'a dit haut et fort qu'il ne veut pas choisir entre ses 2 parents. Il l'a dit au juge, aux psy et a son curateur.

Le curateur se mele de tous veut voir ou il habite, prend contact avec l’école veut copie des bulletins scolaire (mon enfant n'est pas du tout un mauvais élève).

Et je viens de recevoir la facture 22,500.- CHF et lorsque je demande l'AJ le juge me répond: "Qu'il s'agit la d'un devoir parentale pour le bien de l'enfant"!

Comment peut-on m'imposer une facture pareil sans jamais me demander mon avis!?!?

mar 17 avr. 2012 - 06h58

Bonjour,
Suite à la lettre, j'ai déjà eu trois téléphones en moins d'une semaine, dont un à 7 h 45 ce matin. Comme j'ai choisi de ne pas répondre, pour gagner du temps, l'assesseur prend un ton culpabilisant et menaçant au téléphone, disant que si je ne le rappelais pas il allait transmettre au juge que je ne collaborais pas.
Que peut-il arriver alors ? Est-ce que je prends ainsi le risque qu'on me nomme d'office ?
Merci pour les conseils !

mer 13 juin 2012 - 09h33

Bonjour,
Si vous ne donnez pas suite aux lettres et/ou aux téléphones de l'assesseur (ou de la Justice de Paix), vous risquez en effet d'être nommé-e d'office. Il serait plus sage de fixer un rendez-vous avec l'assesseur et de vous munir d'une lettre dans laquelle vous vous opposez à une éventuelle nomination en tant que curateur/curatrice ou tuteur/tutrice, lettre que vous donnerez à l'assesseur lors de la première rencontre. Soyez très clair-e et précis-e lors de cette rencontre: opposez-vous fermement à une nomination en expliquant que vous ferez recours si nécessaire.
Il est très important de bien vous préparer en vue du premier entretien avec l'assesseur (comme pour un entretien d'embauche!). Soyez prêt-e à ce que l'assesseur exerce une pression sur vous, soit émontionnelle ('des personnes en situation difficile ont besoin de vous') soit formelle ('c'est votre devoir de citoyen-ne, vous y êtes tenu-e par la loi'). Pour le bien du pupille, la Justice de Paix a tout intérêt de nommer des personnes prêtes à assumer une telle charge, et non pas des personnes qui vont faire opposition et mettre les pieds contre le mur dès la première rencontre.

lun 16 avr. 2012 - 08h55

Bonjour,
J'ai reçu la fameuse lettre d'information préalable et ne suis pas d'excellente humeur depuis...
J'ai différentes questions aux personnes qui ont un peu d'expérience dans ce domaine:
- A-t-on le droit de ne pas donner de numéro de natel et d'adresse internet à la justice de paix ?
- Est-ce que demander une curatelle plutôt qu'une tutelle est pris en compte ?
Merci pour les réponses si vous en avez !

lun 16 avr. 2012 - 22h48

Ne rentrez pas dans leur jeu et allez de suite voir votre médecin avant que votre "excellente humeur" ne vous empêche de dormir, de vous concentrer, vous donne des migraines, des sautes d'humeur et que votre entourage personnelle et professionnelle en subisse les conséquence. Ne ne sommes pas les sous-traitants de l'état démissionaire!!

mer 11 avr. 2012 - 19h14

Vu sur le site web de la Confédération:

http://www.seco.admin.ch/themen/00385/02747/02750/02788/index.html?lang=fr

Symptômes du Burn-out:
la dépersonnalisation (sentiment d'être loin de soi): perte des sentiments positifs envers les autres, réactions fréquentes d'irritation et de colère à l'égard des collègues et des clients, distanciation cynique ou ironique, difficulté à se mettre à la place des autres;
la baisse des capacités cognitives: difficulté de concentration, incapacité à assimiler de nouvelles informations, manque de créativité et de motivation;
épuisement émotionnel: se sentir vidé et usé par le travail, devoir faire des efforts considérables pour travailler, être en permanence fatigué au réveil, se sentir désemparé;
divers troubles psychosomatiques

Rien que la nomination peut engendrer ces symptômes.

Votre médecin peut (et même doit) vous faire un certificat selon en tenant compte des conseils juridiques du juriste de l'association suisse des médecins. Un certificat simple, qui ne mentionne pas les détails, secret médical oblige.

Mieux vaut un certificat médical que de finir en burn-out, perdre son emploi et ruiner sa privée, voire finir soi-même sous tutelle ou curatelle.

Court-circuitons l'Etat! Tous à vos médecins!

ABE

mer 13 juin 2012 - 09h43

Bonjour,
Le burn-out n'est pas forcément une raison suffisante pour être dispensé-e de l'obligation d'être curateur/curatrice ou tuteur/tutrice. Action Tutelle a eu connaissance de cas où le burn-out a été invoqué, mais la Justice de Paix a considéré que le burn-out se surmonte et termine à un moment donné. Par conséquent, le ou la candidat-e peut très bien assumer une curatelle/tutelle une fois le malaise terminé.
Si vous êtes réellement tourmenté-e par la convocation de l'assesseur à un tel point que vous avez des pensées suicidaires, passez immédiatement voir votre médecin généraliste qui vous aiguillera vers un psychiatre. En général, il ne suffit pas d'une simple attestation du médecin généraliste - le psychiatre pourra vous aider à y voir plus clair et éventuellement vous donner un certificat médical si vraiment nécessaire. Mais ne pensez pas que vous pouvez juste passer une fois chez le psy et avoir votre attestation, ça ne marche pas comme ça!

lun 6 août 2012 - 20h33

Attention, je précise que le burn-out ne doit pas être mentionné sur le certificat émis par le médecin, secret médical oblige!

En revanche, le burn-out est un motif suffisant pour que votre médecin fasse un certificat médical stipulant que vous n'êtes pas aptes à endosser le rôle de curateur/tuteur.

Salutations

jeu 22 mars 2012 - 11h06

Permettez-moi de poster ce commentaire pour vous faire part de mes remarques. J'ai été nommée fin 2010 en qualité de tutrice d'un monsieur. J'ai accepté car je ne savais absolument pas dans quoi je m'embarquais et je savais aussi que c'était une obligation.Je me suis investie et mis du coeur à l'ouvrage. Mais j'avoue être déçue du pupille. Il a décidé volontairement cette mesure et je partais du principe qu'il allait mettre toutes les chances de son côté afin d'arriver à un résultat. Mais ce n'est pas le sentiment que j'ai. Je crois que la situation n'est pas bien expliquée aux pupilles, ils doivent penser que notre travail c'est ça, c'est uniquement le mandat de tuteur. Ils n'ont peut-être pas percutés sur le fait que nous avons un "vrai" travail d'abord et que nous assumons ce mandat en plus.
A vrai dire je suis submergée dans tous les sens du terme. Mon pupille ne cesse de me téléphoner même durant mes heures de travail (alors que je lui ai expressément demandé de ne pas le faire, mes patrons acceptent tout à fait la situation. Toutefois je n'ai pas droit à un traitement spécial, je dois faire mes heures comme mes collègues et assumer mon travail également). Je travaille à 100% avec des horaires fixes. J'ai des activités extra-professionnelles et une vie privée. Je trouve que d'avoir une vie "remplie" est incompatible avec le fait de se voir imposer une telle charge. J'avoue que je ne suis pas du tout au point et que si je n'étais pas aidée par l'assesseur qui est vraiment très patient et très sympa .......... assister au cours proposés!!!!???? ce n'est pas concevable avec le temps qui m'est impartit. Recevoir un téléphone à 7h00 le matin de mon pupille car il veut que je lui verse une certaine somme franchement non!!!! J'ai bien l'intention de mener à bien le mandat qui m'a été confié mais j'avoue avoir peur car je sens que l'assesseur, qui de son côté est méga débordé, prend "le large".... et puis le fait que personne ne prenne en compte nos "états d'âme" ne fait que nous donner l'impression que finalement c'est comme ça et qu'on a qu'à faire avec.... c'est pas sympa. On nous oblige?? et bien qu'on nous aide au maximum abe...

lun 7 nov. 2011 - 11h35

J'aimerais ajouter mon témoignage aux autres et soutenir Action Tutelle. Pas que ma situation soit particulière, mais pour dénoncer un système tordu, inefficace et surtout néfaste pour tous. Bien que je puisse comprendre et adhérer aux principes du bénévolat, en aucun cas celui-ci me semble bénéfique s'il est imposé sans distinction de compétence et du contexte de chacun. La première envie est de faire tellement mal le travail demandé qu'on nous retire du système ! Pour ma part, j'ai 39 ans et travaille 10 heures par jour pour maintenir mon entreprise, ses emplois, ses places d'apprentissage et gagner ma vie pour ma famille. J'ai 2 enfants à charge en pleine scolarité (7 et 12 ans) que j'ai à cœur de suivre, soutenir et accompagner. J'ai également été bénévole pendant 6 ans dans un Centre de Vie enfantine, en tant que membre du comité, puis président. Malgré mon emploi du temps plutôt chargé et une organisation qui demande un ajustement permanent (c'est le cas de beaucoup), la "loi", par un système de décision énigmatique et unilatéral, me "choisit" pour m'occuper de la vie économique de quelqu'un d'autre. Ben tiens ! Je savais pas que j'étais aide-comptable, ni assistant social, ni majordome... Et en échange de quoi? une réduction d'impôt? un salaire d'aide comptable au tarif cantonal? une photo signée du Conseil d'état? Rien (ou presque). Mais un sale goût amer dans la bouche qu'avait aussi mon assesseur, forcé de faire ce sale boulot.

lun 3 oct. 2011 - 20h10

Bonjour,

Le 6 septembre dernier j'ai aussi reçu ma lettre de convocation chez l'assesseur et je ne m'y suis pas rendue pour gagner du temps et essayer de trouver une solution de révocation, du coup ils m'ont envoyé une nouvelle convocation en courrier recommandé et la seule solution que j'ai trouvé c'est d'aller chez le psy pour qu'il me fasse un papier comme quoi je ne suis pas apte à le faire. C'est triste de devoir en arriver la parce-qu'il n'y a pas d'autre échapatoir.

lun 17 oct. 2011 - 21h11

Madame,

Je suis dans le même bateau que vous alors courage. Tout ce qui ne nous tue pas nous rends plus fort!

Pouvez-vous me tenir informé si cela n'est pas indiscret sur le contenu de votre "excuse médicale" ainsi que du résultat de votre démarche ?
Il se trouve que moi aussi j'ai dans mon plan de bataille que j'ai échafaudé, le psy comme argument de révocation.

Merci par avance.

Je vous souhaite une pleine réussite dans toutes vos démarches.

Avec mes salutations les meilleures.

Doms

mer 5 oct. 2011 - 14h53

mercredi 5 octobre 2011

Bonjour,
Je ne suis pas encore nommée mais je viens de me rendre à l'entretien préalable avec l'assesseur. Elle a rempli un questionnaire assez basique sur moi (nom, adresse, naissance, travail, enfants, état civil) et nous avons eu une courte discussion. J'ai profité de dire mon opposition au cours de cette discussion et elle en parlera au juge qui prendra sa décision. Je me dis que j'ai une petite chance de ne pas être nommée parce que j'ai insisté sur mon impossibilité à m'assumer donc à assumer quelqu'un d'autre.J'avais une telle "boule eu ventre" pendant cet entretien qu'elle a bien perçu mon air angoissé. Je souhaite que cela joue en ma faveur mais j'en doute quand même un peu.
Je crois que aller au rendez vous avec l'assesseur ne nous engage à rien, cela pourrait même être utile. On verra bien la suite...
De toute façon si je suis nommée, je ferai opposition, c'est sûr.

jeu 25 août 2011 - 08h59

Bonjour, Je viens moi aussi de recevoir la lettre qui semble en effet standard. La réception de ce courrier me laisse un sentiment très mitigé. Je suis très occupée, mais je me dis que mon intérêt pour les questions sociales pourrait enfin être reconnu. Ne disais-je pas il y a quelques jours à la pause-café qu'il est un grand nombre de bonnes choses que l'on ne fait plus parce qu'on n'en a simplement plus le temps, comme par exemple aller trouver des malades à l'hôpital... Mais il ne s'agit pas simplement d'apporter du réconfort, mais encore de gérer toute l'administration de cette personne et même ses finances. Je n'aimerais vraiment pas me faire "blouser" par le temps et l'énergie à consacrer, dire que je fais moi-même remplir notre déclaration d'impôts par une fiduciaire, pour être sûre de ne pas trop payer et simplement parce que je déteste ce travail. De plus, j'aimerais être sûre que cette personne appréciera mon travail, et que cette tutelle/curatelle ne lui aura pas été imposée contre son gré. Je trouve que votre site est très bien fait, et vous en remercie.

mar 6 sept. 2011 - 15h56

Bonjour,
Moi aussi reçu aujourd'hui courrier préalable m'informant qu'un assesseur prendrait prochainement contact et que je dois lui faire bon accueil.Est-il obligatoire de se rendre à cet entretien ou puis-je déjàmotiver mon refus?

mar 20 sept. 2011 - 07h27

Bonjour,
Il y a quelques mois, je me suis rendue au premier rendez-vous avec l'assesseur. Celui-ci m'a indiqué qu'on ne peut faire recours qu'au moment où on vous désigne une pupille.
Je suis actuellement en procédure de recours...

mer 7 sept. 2011 - 09h15

Bonjour,
Hier j'ai reçu la même "bonne" nouvelle que vous...
Et j'ai la même question, puis-je déjà motiver mon refus ?

jeu 8 sept. 2011 - 09h44

Bonjour,

Je me joins à vous. J'ai également reçu cette fameuse missive, et depuis j'essaie de garder mon calme.

Je n'ai trouvé qu'un seul témoignage d'une personne dont le refus a été finalement accepté par le Juge d'Instruction. Connaissez-vous des gens qui auraient réussi à être "récusé" avant l'étape du juge d'instruction?

Merci

mar 23 août 2011 - 10h22

Bonjour, après quelques mois de silence, je reviens à la charge ..... Ma pupille de 2010 étant malheureusement ... ou heureusement ! décédée, voici la nouvelle du jour ....
Après avoir oeuvré péniblement, moralement parlant, afin de faire déplacer mon papa de Cery en EMS afin qu'il ait une vie paisible, en ayant aidé au maximum ma maman afin que le pas à franchir soit le moins pénible possible .... Maintenant que tout est mis en place, voici une surprise de taille ... par courrier RECOMMANDE .... La Justice de Paix, avec son tact habituel, me nomme curatrice de mon PAPA .... !!!!!!!! Les bras m'en tombent !!!! Sur demande des médecin de Cery et de l'EMS, sa mise sous curatelle a été demandée .... Sans mot dire !!!!! Le monde s'est bien moqué de moi ..... Il ne fallait surtout pas m'en parler lors de mes visites .... D'autant que ma maman gère très bien la situation et que j'ai un frère de 8 ans mon aîné, sans enfant !!!! Il fallait que ça retombe sur moi ... !! MERCI ENCORE POUR CE CADEAU ...... Rassurez-vous, je vais accepter bien entendu vu que c'est mon papa ... c'est normal ! Mais sur le fond ... c'est SCANDALEUX !!!! Où se trouve la communication, le dialogue .... Un petit mot "d'introduction" aurait pu m'être fait, moi qui suis souvent en visite pour voir mon papa ..... BRAVO pour nous dégoûter du système !!! Bref, je risque fort de revenir vous rencontrer à l'une ou l'autre de vos soirées ..... Je vois que le système n'a pas beaucoup évolué en deux ans ... Mais grâce à vous, les choses peuvent avancer .... et surtout, on peut pousser notre coup de gueule !!!! Merci pour votre écoute .....

mar 28 juin 2011 - 14h28

Je propose qu'on échange M. Broulis contre M. Leuba. Selon la presse d'aujourd'hui (mardi 28.06.11), M. Broulis "innove et présente une première suisse : la déclaration d'impôt via Internet et sans pièces justificatives dès 2012".
M. Broulis, s'il était au département de l'Intérieur à la place de M. Leuba, rejoindrait peut-être ses concitoyens en l'an 2011 et admettrait que les curatelles/tutelles doivent changer de siècle ...

lun 27 juin 2011 - 12h48

Je ne comprends décidément pas l'entêtement de M. Leuba. Serait-ce juste parce que l'idée de changement vient de gens et d'élus de gauche, alors que lui est de droite ? Si c'est cela, ce dont je suis persuadé, eh bien c'est minable, juste minable.
Allons, allons, M. Leuba, comparer la situation des curatelles/tutelles vaudoise au service militaire ou aux impôts ... ce n'est pas sérieux.
Quant à M. Haldy, son intervention du 22 juin sur la RSR, en tant que député libéral ... sans surprise. Et bravo à M. Dudt pour sa courageuse opposition aux propos de M. Haldy.
Cette situation vaudoise est écoeurante, et j'espère vivement ne jamais avoir à subir cela.

jeu 16 juin 2011 - 17h44

J'ai rencontré l'assesseur pour la première fois, suite à la réception d'un courrier qui m'informait de ma nomination en tant que curatrice/tutrice.
Courtois et aimable quand je suis arrivée, il m'a demandé si je m'étais présentée spontanément pour assumer cette charge. Je lui ai dit que non et que je souhaitais faire opposition. Il n'est donc pas entré dans les détails du déroulement de la tutelle/curatelle elle-même. Concrètement, il m'a demandé mon adresse, ma situation familiale, professionnelle et si j'avais des problèmes de santé.
Selon ce que j'avais lu, il est utile de mentionner la volonté d'opposition au moment du premier entretien et de faire attention aux délais d'opposition. Je lui ai demandé si c'est en signant le document que le délai commençait à courir et là il s'est énervé immédiatement et a perdu sa courtoisie pour me dire sèchement que je n'avais pas encore été nommée officiellement, donc je ne pouvais pas encore faire opposition. Il a cependant pris le document que je lui avais amené mentionnant mes motifs d'opposition.
Je lui ai demandé si je pouvais lui envoyer un email résumant ce qu'il venait de me dire, que ma présence ne signifiait pas que j'étais nommée officiellement, car je dois avouer qu'ayant lu tous les témoignages du site je me méfie, n'ayant jamais été confrontée à cette situation. Il m'a désagréablement traitée de "paranoïaque" et précisé que j'étais la première personne à qui il faisait une copie du document que j'ai signé (ce dont je doute car c'est la moindre des choses que d'avoir une copie de ce qu'on signe surtout dans le domaine admin ou juridique).
Je lui ai posé quelques questions sur la procédure et comme il disait que dès à présent, il n'était plus concerné, que les choses passeraient par le Juge de Paix, je lui ai demandé s'il préférait que j'envoie la lettre d'opposition moi-même car finalement, je ne sais pas si cela doit passer par lui ou si c'est à moi de le faire. Là, de nouveau, il a eu une réaction émotionnelle que je ne trouvais pas adaptée, il s'est cru attaqué et j'ai dû le rassurer que c'était une pure question de procédure de ma part et non un doute quant au fait qu'il transmettrait mon opposition. Je lui ai rappelé qu'il était précisément là pour répondre à mes questions à ce sujet.
Il n'a pas cherché à m'intimider, mais pour une personne qui est censée guider et renseigner les curateurs/tuteurs, je l'ai trouvé relativement limité et condescendant. Ca ne présage rien de bon pour la suite.
A la fin de l'entretien, je lui ai demandé combien de temps en moyenne il fallait attendre avant d'avoir une réponse. Il m'a répondu entre "1 à 3 mois, cela dépend des besoins de la justice cantonale en la matière". En d'autres termes, cela dépend si en ce moment ils ont besoin de beaucoup ou de peu de main d'oeuvre quasiment gratuite...

ven 17 juin 2011 - 16h12

une chose est sûre, c'est qu'il faut toujours dire la même chose sans laisser d'espoir quelconque pour vouloir/savoir prendre en charge une tutelle/curatelle. Si vous vous opposer, il faut aller jusqu'au bout de l'entretien comme vous l'avez fait sans avoir "peur" ou se faire "culpabiliser" par les dires d'un assesseur qui, comme vous l'avez expliqué, sait très bien prendre les gens par les sentiments ou impressionner par le biais de la loi. Rappelez-vous qu'ils n'agissent que par intimidation et sachez que dans ce canton, culturellement, ça marche pour la plupart des candidats, qui n'ose pas contrer ou s'opposer lors de la rencontre avec l'assesseur quand bien même le candidat refuse une telle charge; bien des gens plient par peur, intimidation,.... si vous êtes clair avec vous-même et que vous avez décidé de refuser cette charge, il faut faire comme vous l'avez fait: tenir tête et être cohérent tout le temps de la discussion et surtout ne jamais fléchir. Bravo! La première manche est faite et l'avenir vous dira si vous allez être oublié par la Jusitice de La Paix. courage! Pour bien d'autres cela a été le cas de la manière qui est décrite ci-haut!

ven 17 juin 2011 - 13h41

Avec moi, l'assesseur a d'abord fait un chantage émotionnel ('il y a des gens qui ont besoin de votre aide') et lorsque j'ai commencé à poser des questions sur les critères de choix de ma personne, il a immédiatement changé d'attitude. Il m'a répondu qu'il reçoit une liste du Contrôle des Habitants et qu'il choisit des noms au hasard, donc il n'y a pas de critères. Il m'a expliqué quels sont les motifs pour ne pas être obligé-e d'accepter une curatelle/tutelle (Code civile suisse). Et lorsque j'ai dit que je n'ai aucune formation adéquate pour accepter une curatelle/tutelle, il est devenu agressif et m'a répondu que c'est mon devoir civique et que j'y suis tenue par la loi. Il m'a également dit que je peux faire recours une fois nommée.
Par la suite, je lui ai envoyé un e-mail pour lui demander une confirmation du fait qu'aucun critère n'avait été pris en compte lors de ma 'candidature'. Il m'a répondu que j'avais mal interprété ses propos et que je devais m'adresser directement à la Justice de Paix si j'avais quelque chose à dire ou à réclamer. Je lui avais également demandé le nom de la personne responsable du tirage de cette liste de noms au Contrôle des habitants - il ne m'a bien entendu pas répondu sur ce point-là.
En voyant tous les commentaires et après une rencontre d'Action Tutelle, j'ai l'impression que la Justice de Paix cible actuellement des femmes mariées, entre 40 et 55 ans, ainsi que des femmes célibataires plus jeunes. Ou est-ce que c'est juste une impression? Est-ce du sexisme? En tout cas, ce n'est pas transparent du tout. Et impossible de contrôler! La Justice de Paix ne donne aucun renseignement sur les critères de choix des 'candidat-e-s'.

ven 3 juin 2011 - 12h59

Je prends connaissance avec beaucoup de retard de l'émission Hautes Fréquences que la RSR a diffusée le 27 mars 2011. Mais cela en vaut vraiment la peine. Ne manquez pas de vous rendre à votre tour sur www.rsr.ch/#/la-1ere/programmes/hautes-frequences/?date=27-03-2011.
J'aimerais souligner ici les propos mesurés mais tellement adéquats, ciblés et bien choisis de M. Jean-Pierre Fragnière (sociologue, théologien, Dr. science sociale et pédagogique). Les '"abération", "résidu historique" sont le reflet exact de la situation vaudoise. Une lois datant de 1907 ... qu'est-ce d'autre ? Et ce d'autant que la société a évolué, et que l'époque "carnet du lait" est plus que révolue.
M. Fragnière espère une "autre manière de faire que la contrainte". A voir la bonne santé des retraites et leur envie d'être utile, il y a certainement moyen de solliciter les citoyens sans les contraindre.
Quoi qu'il en soit, à force de rapiécer la salopette du travailleur par des motions, des postulats, et autres, elle va finir par s'user et craquer définitivement. Ne pourrait-on pas réviser totalement ce système et l'adapter au fonctionnement de la société telle qu'elle est actuellement ? Apparemment non, car selon les politiques qui manquent effrontément de volonté de conciliation, ce serait trop coûteux, pas solidaire, etc. Il est préférable d'utiliser l'argent du contribuable pour étudier, tergiverser, contrer politiquement, etc. Soit.
Mais alors ... si j'ai bien compris tout ce que j'ai lu sur ce site, la situation pourrait être aisément adaptée à satisfaction de toutes les parties : FAIRE QUE LES CURATEURS NE SOIENT PLUS DESIGNES CONTRE LEUR GRE. Faire passer l'info dans les associations de retraités, à ProJuventute, par annonces presses, qu'on recherche les bénévoles. Et seuls ceux qui s'en sentent capables (en temps et en compétences) seraient appelés à oeuvrer.
En conclusion (certes provisoire), je tiens à remercier M. Fragnière pour ses propos et avis éclairés, qui je l'espère vivement, inspireront rapidement nos décideurs.
Bon courage à ceux qui sont directement concernés et plein succès au Groupe Action Tutelle.

ven 29 avr. 2011 - 08h14

Bonjour,
J'ai été convoquée dernièrement à la justice de paix pour motiver mon opposition à être curatrice.
Ils n'ont pas tenu compte de mes arguments et m'ont répondu que je pouvais faire recours auprès du tribunal cantonal puis si je maintiens toujours mon opposition, mon dossier passe en pénal et que cela va me coûter 600.- d'amande + 600.- de frais de dossier et que cela va apparaître dans mon casier judiciaire.
Est-ce que ça a été le cas pour quelqu'un d'entre vous?