Commentaires récents

Vos réactions

ven 5 juin 2009 - 10h37
Mots-clefs :

Sur cette page, vous pouvez nous laisser un commentaire. Contrairement au formulaire de contact, votre message sera public afin d'en faire profiter tout un chacun.

Commentaires

lun 14 déc. 2009 - 13h56

RSR émission du Dimanche 13.12.09 "sur les tuteurs qui penchent"

dim 13 déc. 2009 - 13h21

Bonjour,
Vous voulez éviter une curatelle ou une tutelle?
Arreter immédiatement de payer réguliérement vos impots, ayez quelques dettes, du retard dans vos factures, et si possible un casier judiciaire. Autrement, les gens hônnete qui paie réguliérement leurs factures et leurs impôts, qui ont des activités sociales sont des cibles idéales pour la Justice de Paix.
Mais le mot paix ne veut pas dire pour tous le monde la même chose. Car lorsque vous êtes nommé de force Tuteur comme c'est mon cas, vous n'avez plus de paix, c'est un nouvel enfant que vous devez gérer.
Je suis absolument convaincu que de nos jours, au vu de la compléxité du système social, judiciaire et fiscal, il est IN-DIS-PEN-SA-BLE de passer au mode professionnel. Mais bon, une fois de plus, le canton de Vaud ne veut pas regarder ce qui se fait ailleurs, non, nous on vas ré-inventer la poudre. Et mettre un millier de personne dans l'embarras avec un charge énorme qu'il n'ont pas demandés, ouais, on est vraiment en retard d'une guerre dans le canton de Vaud.....
A bien entendeur
GUS

mar 10 nov. 2009 - 20h55

Trois enfants, dont un sourd profond, un petit dernier qui a dix mois, quelques épisodes de grippe au milieu, un job à 100%, un pupille qui fréquente les p***, qui se fait racketer et pour lequel je dois faire des réunions pour décider de comment on va régler ces merdes...
Pas mal, non ? Je suis en procédure pour être dessaisi, j'envisage même un cierge.

lun 30 nov. 2009 - 09h25

Bonjour, je suis actuellement en 3ième année d'apprentissage. Dans le cadre de ma fin de formation, je dois effectuer un Travail de fin d'études communément appelé "un mémoire". Le thème que j'ai choisi d'aborder est "la tutelle dans le canton de Vaud".

Je cherche donc à recueillir un maximum de témoignages au travers d'un questionnaire que j'ai créé. Seriez-vous d'accord de répondre à mon questionnaire?

Mon mémoire porte plus précisément sur le fonctionnement du canton de Vaud, pourquoi n'engage t'il pas des professionnels et comment vivent les personnes qui deviennent tuteurs.

Vous pouvez me contacter via email a cristina.ostertag@romradio.ch

Merci d'avance pour vos témoignages

dim 29 nov. 2009 - 20h21

Bonjour,

Je viens de découvrir votre témoignage. Je réalise en ce moment un sujet pour la Radio suisse romande sur le thème des tutelles et curatelles dans le canton de vaud. Accepteriez vous de me rencontrer pour participer à mon reportage ?

merci

Meilleures salutations,

Magali Philip
RSR

journalistersr@fastmail.fm

sam 14 nov. 2009 - 11h23

Et je pense que vous n'auriez jamais dû être nommé ! mais l'Etat est d'un autre avis...
Vous devriez écrire à Madame Murielle Epars, présidente du Tribunal cantonal, elle pense aussi que le système ne va pas.
Tenez-nous au courant de votre situation, bonne chance !
Andrea Eggli

jeu 22 oct. 2009 - 23h21

Lors d'internements pour actes violents (injure (comportement agressif), menaces, voies de faits, lésion simple ou graves), ni les psychiatres, ni les autorités de recours civiles, ni les autorités de mise sous tutelle ne sont aptes à juger de la légitimité de la violence contrairement au Procureur. D'entrée tout acte violent est forcément injustifié et nécessite une contrainte médicamenteuse plus ou moins durable, voir une mise sous tutelle en cas de répétitions. Ces intervenants et juges ignorent le raisonnement juridique pénal et n'utilisent pas le code pénal soit les articles 16,17,18 CP qui peuvent justifier les actes violents. Il n'est pas aisé de trouver des pénalistes en cas d'acte violent. Ceux-ci, selon le bon sens clarifié seulement dans le code pénal (et non pas dans la jurisprudence comme dans la voie civile) vont légitimer un acte violent. Leur optique entre en contradiction avec le point de vue des procédures civiles (devant les psychiatres, autorités de recours et tribunal tutélaire) qui tend à faire de la prévention médicamenteuse d'actes violents éventuellement justifiés ou raisonnables (art 16,17,18 CP). D'ailleurs, il n'existe pas d'article qui puisse faire une passerelle entre le code civil et le code pénal. Il n'existe non plus de code civil classifiant les actes violents et les justifications tel le code pénal. Cela permettrait à l'administré de les nommer dans un recours civil, puisqu'il ne peut invoquer des principes du code pénal tels la légitime défense, la défense excusable, l'état de nécessité ou la tentative (p.ex. pour des voies de faits), le repentir, l'échec, etc... En effet, l'administré se retrouve à la merci de l'arbitraire des psychiatres et même des juges de recours civils qui ne s'appuie que sur une jurisprudence certainement lacunaire en matière de principes non définis comme le code pénal ou obscure quant à la prévisibilité du droit pour l'administré. Ces autorités ignorent probablement le raisonnement juridique pénal. Or la colère lorsqu'elle reste maîtrisable est punissable au sens du code pénal. Lorsque la colère violente n'est plus maîtrisable par des circonstances extrêmement opprimantes ou graves, alors il s'agit d'une réaction naturelle tel le chien de Pavlof (nous sommes tous des chiens de Pavlof avec un seuil de tolérance). En somme c'est un trouble psychique passager et une incapacité de discernement passager qui contradictoirement nécessite un traitement plus ou moins durable à titre préventif pour une réaction naturelle, circonstanciée et justifiée selon le droit pénal. Le traitement intervient à postériori et peut s'étaler sur des années pour prévenir des réactions naturelles et non pas les effets injustifiés d'une maladie durable et permanente. Ainsi, les victimes qui subissent un trouble passager de la volonté pour des circonstances particulières et sont violentes, subissent encore l'étiquette de maladie durable et permanente, nécessitant une contrainte médicamenteuse et le reproche d'un comportement injustifié sans être élucidé techniquement. Ainsi, les soins prolongés dans les cliniques ou prisons pour des colères passagères sans le bénéfice d'une analyse pénale justifiante à ce jour, au vu des procédures civiles existentes démontrent une grande part d'arbitraire. Le procureur devrait avoir l'obligation de juger chaque comportement violent afin d'en évaluer une éventuelle légitimité et non d'entrée l'existence d'une maladie. Par ailleurs, la cause de la violence reste inconsidérée, et la mesure médicamenteuse ne répare pas la cause. Combien ont réellement plutôt besoin d'aide sociale ou juridique ou autre pour ne pas être violent, alors que cet accès leur est rendu difficile ? Certainement beaucoup. L'homme ne souhaite pas généralment être ni un criminel, ni se mettre en colère et la colère n'est que rarement l'objet d'une maladie la favorisant. Les outils sociaux ou juridiques à sa disposition manquent cruellement. La prévention médicamenteuse tue l'homme et ne lui donne pas les réels outils pour être aidé dignement sans passer par une tutelle l'incriminant. Développons les facilités d'accès et la disponibilité de l'aide sociale et juridique pour donner des outils aux victimes et ne pas les oublier enfermés par des médicaments ou tutelles qui ne traitent pas les causes de leur colère, mais les marginalisent.

jeu 29 oct. 2009 - 07h55

Cela faisait longtemps que je n’avais pas vu un tel « hors sujet » !!!

jeu 20 août 2009 - 09h03

Bonjour,
à voir, ils ont envoyé un courrier géant à bcp de personnes!!!
En effet, j'ai aussi recu la fameuse lettre dévastatrcie mi-juillet, je pensait qu'ils m'avaient oubliée puisque je n'ai pas eu d'autres nouvelles, mais avant-hier, un assesseur m'a appelée...
J'aurais envie d'être vulgaire et d'envoyer balader le système vaudois, mais je ne vais pas jouer dans la même cour qu'eux... On est au moyen âge ou quoi???
Je n'ai pas d'excuse d'avoir bcp d'enfant, trop vieille ou quoi que ce soit, juste une vie bien remplie ou je ne trouve pas le temps de m'occuper de mes propres affaires, et on veut m'imposer celles d'un inconnu? De qui se moque-t-on?
Je sais que la question a été posée plusieurs fois, mais que risque-t-on vraiment à ne pas s'occuper de son pupille???
Moi aussi je suis prete à quitter le canton, je pensais déménager, j'irai peut-etre juste un peu plus loin que prévu... Mais il parait que changer de district suffit, avez-vous de infos là-dessus?
J'ai voulu m'inscrire à votre site afin de pouvoir particper aux actions concernant cette initiative, y-a-il moyen de pouvoir aider?
Bien du courage à vous, en espérant que nous puissons y échapper !
Fanny

ven 21 août 2009 - 22h00

Salut. Déménager est une bonne idée. Il suffit de changer de cercle tutélaire, attention cela ne correspond pas nécessairement au district Bien vérifier sur internet. Au moment du changement de domicile, ou trois semaines après, on reçoit une lettre qui vous relève de vos fonctions de tutrice/curatrice. Apparamment c'est mécanique.

Charles le Téméraire

mar 15 sept. 2009 - 14h07

Charles le Téméraire> "Bien vérifier sur internet", mais où ? Je ne trouve aucune information au sujet de "cercles tutélaires" ni sur les "arrondissement tutélaire" sur Internet...
Merci d'avance !

jeu 25 oct. 2012 - 17h32

Voici le lien pour trouver à quel ressort de la Justice de Paix une commune appartient

http://www.vd.ch/themes/etat-droit-finances/justice/competences/recherche-de-linstance-judiciaire-competente-en-fonction-du-lieu

En passant, j'adore le terme justice de "Paix" avec tous les conflits et souffrances que ce système digne de l'Union Soviétique entraine.

lun 24 août 2009 - 09h40

Bonjour,

J'ai aussi reçu la lettre de mi-juillet! après m'être effondrée et avoir pas mal haï notre système je me relève comme je peux et organise ma défense.
Le fait de déménager ne me plait pas vraiment, mais j'y suis prête si ma demande de rejet n'était pas prise en considération. la question que je me pose est celle des délais et du comment cela fonctionne. Dois je attendre d'être chargée d'une tutelle pour dire non, déménager de suite ou attendre. Bref au secours, comment dois je faire pour faire juste et ne pas me faire engloutir et broyé par le système. Merci à vous

jeu 25 oct. 2012 - 17h39

Attention, comme indiqué dans le 2e paragraphe de cette page

http://www.vd.ch/themes/vie-privee/controle-des-habitants/residences-secondaire

Le changement de domicile n'implique pas automatiquement le changement de cercle tutélaire.

Il faut indiquer au service concerné que le nouveau domicile est notre résidence principale.

mer 26 août 2009 - 09h24

Si possible déménager avant que la tutelle ne démarre. C'est plus pratique car la JDPaix ne vous la confiera pas...

Charles le Téméraire

dim 19 juill. 2009 - 21h27

Educatrice specialisée,.m'occupant de personnes en difficuté sociale, psychiqu eet/ ou souffrant de dépendances,...je prends 2 semaines de vacances pour me ressourcer.
De retour, un joli courrier m'annonce que je pourrais être bientôt designée comme curatrice/tutrice! Merci! L'envie de reprendre l'avion et me tirer est grande, je suis fachée,déçue et preoccupée.
Avec un enfant de 17 mois et un autre qui va bientôt nous rejoindre je me demande bien comment je vais pouvoir faire!
Je connais bien les situations qui necessitent une curatelle/tutelle et je parle donc en connaissance de cause,...je suis sensible à ces personnes qui necessitent de l'aide mais il faudrait qu'on puisse se designer volontairement, et choisir le monent dans sa propre vie ou on a plus de disponibilité! Ceci pour le bien des tuteurs mais également des pupilles!
Merci de m'avoir permis ce coup de gueule!

mar 14 juill. 2009 - 22h28

Je viens de recevoir cette fameuse lettre de candidat (imposé) tuteur / curateur… génial! Je vis en Suisse depuis 6 ans, viens à peine d’avoir mon premis C, et suis tout de même légèrement scandalisé qu’on puisse imposer ça à des étrangers alors qu’ils n’ont pas le droit de vote! Cette mission est “un devoir civique” comme il est écrit dans le courrier… et le droit de vote alors?
Sans compter que niveau paperasses (surtout complexes), je crois que mon niveau est au ras des pâquerettes! N’importe quel Suisse serait certainement plus au point que moi!! Ou alors j’accepte, mais qu’on me donne ce droit de vote! Et pas uniquement communal (ce sera dans plus de 6 ans)!

mer 15 juill. 2009 - 16h08

Je viens aussi de recevoir cette lettre, et j'ai entendu parler de 2 autres personnes dans mon cercle de connaissances élargi... Est-ce qu'ils ont envoyé ce courrier à des centaines de candidats potentiels au même moment ??

Je paie mes impôts régulièrement, je ne fais pas de vagues, et j'essaie d'adopter un comportement de citoyen responsable et d'aider mon prochain dans la mesure de mes possibilités. Mais j'apprécie d'être libre de choisir mes engagements en fonction de mes compétences et de mes moyens. Si j'avais voulu travailler dans le social, je l'aurais fait depuis longtemps, et si je ne l'ai pas fait, c'est que je ne m'en sens pas capable. Me contraindre à cette tâche serait totalement contre-productif.

En ce qui me concerne, je n'ai aucune intention de me laisser imposer ceci sans broncher, je suis prêt à quitter le canton s'il le faut, même si je trouver cela disproportionné et totalement stupide. Au passage, le canton perdrait un contribuable valant plus de 20'000.- par année... cherchez l'erreur.

Ceci dit, j'aimerais vraiment savoir ce que l'on risque à s'opposer à cette décision jusqu'au bout. Amende + frais, mais combien au maximum ? 1000, 2000, 10'000 frs... ??

jeu 16 juill. 2009 - 20h35

Bonjour,
Je suis dans le même cas! Je viens de recevoir ce courrier et je partage votre point de vue. Je suis également à la recherche des conséquences sur le refus systématique de prendre en charge "une pupille". Je vais bien sûr, utiliser tous les moyens à disposition afin de recourir, mais d'après les différents commentaires lus sur le net, cela ne semble pas fonctionné. Déménager? J'y pense, mais je viens d'acheter un maison...et avant de passé à l'acte, je vais commencer par me battre. Je recherche donc les conséquences concrètes d'un refus. Mais sur tous les sites internet, coupures de presse et autres, c'est le mystère, on parle de dénonciation(?) d'amendes, mais c'est toujours vague et en plus tous le monde semble résigné à faire ce travail.

Je vais continuer mes recherches et vous tenir au courant en cas d'informations plus précises

sam 18 juill. 2009 - 09h10

Bonjour,

je viens de recevoir ce même courrier et je suis dévastée... J'ai 2 enfants en bas âge et je garde 2 autres enfants en bas âge. J'ai déjà de la peine à m'en sortir.
Je crois que s'ils m'y obligent, je vais me présenter à la justice de paix avec les 4 enfants.
Peut-on lancer une pétition pour faire abolir ce système qui date d'un autre âge?
Y a-t-il des gens qui se sentent prêt et capable à lancer une telle démarche?
Moi je suis incapable, par contre, je suis prête immédiatement à relayer l'information et à récolter des signatures.

Même si je ne suis pas nommée, que j'y échappe, je trouve cela profondément injuste et cela peut nous retomber dessus à tout moment!!!
Alors si une personne ou un parti se lance, je suis des vôtres.

bonne journée et courage à vous (nous!! ) tous

Angela

mer 22 juill. 2009 - 00h26

Bonjour Angela,

Merci pour votre commentaire.

Je suis encore une fois étonné par le choix des tuteurs privés, qui, à mon avis, n'est pas toujours très logique. J'imagine tout à fait que ce travail de sélection est difficile. D'ailleurs, je n'aimerais pas être à la place de l'assesseur qui doit assurer cette tâche. Mais je pense que c'est encore une fois une preuve d'un système qui n'est plus adapté à notre société actuelle.

Pour ma part, je suis complètement submergé par mon emploi. J'ai dû écourté mes vacances (que j'avais prévue pour l'arrivée de notre premier bébé) et j'ai dû repousser mon cours de répétition à l'armée. Du coups, je n'ai tout simplement pas du tout le temps de m'occuper de ma tutelle.

Mais pour revenir à vos questions, Action Tutelle a lancé l'engrenage pour une récolte de signatures. Nous allons donner plus de nouvelles à ce sujet vers la fin de l'été.

Je vais garder soigneusement votre adresse e-mail, mais l'enlever de votre commentaire afin de vous éviter de recevoir du spam.

mar 7 juill. 2009 - 13h21

Bravo pour Action-Tutelle pour mettre fin au système kafkaïen de la tutelle/curatelle made in VD, où on vous met la pression voire des menaces de sanction pour des broutilles, alors que dans l'autre sens, pour obtenir renseignements, documents ou rembours de frais, c'est ou bien silence-radio ou bien délais interminables .... Aucun autre canton connu ne pratique un système aussi scandaleux que grotesque. La Justice de Paix gère des successions par brassées de millions, une toute petite ponction sur les gros héritages suffirait à donner du travail à des compétents experts-comptables au chômage. Voilà, mais je pense que c'est là comme d'habitude une revendication d'extrême-gauche utopique...

Paul-Arthur H.

ven 24 juill. 2009 - 11h04

Bien sûr ! mais nous n'y sommes pas encore...
Nous aurons besoin de bras pour récolter des signatures cet hiver, inscrivez-vous sur le site pour recevoir nos info et ainsi y participer.
Merci !
Andrea

mar 1 sept. 2009 - 13h14

Bonjour,

J'ai reçu au mois d'avril une lettre comme information préalable que la jpx a prévu de me nommer prochainement tutrice ou curatrice. Pour diverses raisons je n'ai pas l'énergie n'y le temps pour m'occuper d'une tierce personne. Quand vous aurez besoin des signatures cet hiver veuillez me contacter. Salutations. L. Merlino